Pauvreté et clientélisme électoral en Colombie

Par Juan Carlos GUERRERO BERNAL et Yann BASSET
Comment citer cet article
Juan Carlos GUERRERO BERNAL et Yann BASSET, "Pauvreté et clientélisme électoral en Colombie", CERISCOPE Pauvreté, 2012, [en ligne], consulté le 25/03/2017, URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/pauvrete/content/part2/pauvrete-et-clientelisme-electoral-en-colombie

En Colombie, la dernière élection présidentielle, qui a vu la victoire du candidat Juan Manuel Santos (ministre de la Défense de l’administration sortante), a suscité une polémique sur l’utilisation des programmes officiels d’aide sociale à des fins électorales. En particulier, le programme Familias en Acción (Familles en action, désigné ici par le sigle FA), aurait été employé au profit de Santos. L’accusation a été étayée par la presse locale et par un rapport de l’organisation Global Exchange. De nombreux articles de presse ont dénoncé ce mode de clientélisme au cours de la campagne électorale de 2010. La question avait été déjà soulevée dans les médias en 2007 par certains journalistes et personnalités colombiennes. Cet article revient sur ces allégations en montrant que, s’il est impossible de conclure que la victoire de Santos est due au programme en question, la gestion de l’aide sociale a bien des effets clientélistes qu’il conviendrait de limiter par une administration plus rigoureuse.