La frontière inter-coréenne, par-delà la guerre froide

Par Justine Guichard
Comment citer cet article
Justine Guichard, "La frontière inter-coréenne, par-delà la guerre froide ", CERISCOPE Frontières, 2011, [en ligne], consulté le 21/08/2017, URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/content/part3/la-frontiere-inter-coreenne-par-dela-la-guerre-froide

La division coréenne est souvent considérée comme le dernier vestige de la guerre froide, perpétuant la séparation d’un même peuple en deux États, la République populaire démocratique de Corée au nord, et la République de Corée au sud. La partition est antérieure à la création de ces pays en 1948 : elle a été imposée, dès la défaite du Japon, en août 1945, par les deux grands vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et l’Union soviétique. La question du sort de la Corée, colonie japonaise depuis 1910, avait été préalablement évoquée lors de la Conférence du Caire en 1943 qui a décidé la « mise sous tutelle » du pays jusqu’à ce que celui-ci recouvre, « en temps voulu », son indépendance. La séparation et l’occupation de la péninsule coréenne qui se mettent en place dès août-septembre 1945 avaient donc vocation à être temporaires. Si la rivalité entre les deux blocs a indéniablement contribué à l’enracinement et au maintien de la division, cette dernière lui survit cependant depuis déjà vingt ans. Elle a donc aussi été structurée par des forces et des logiques qui, sans être étrangères à la guerre froide, la dépassaient et continuent aujourd’hui de s’exercer.