Pour une approche discursive des politiques publiques environnementales

Par Alice BAILLAT
Comment citer cet article
Alice BAILLAT, "Pour une approche discursive des politiques publiques environnementales", CERISCOPE Environnement, 2014, [en ligne], consulté le 22/11/2017, URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/environnement/content/part4/pour-une-approche-discursive-des-politiques-publiques-environnementales

Les approches discursives des politiques publiques se sont développées aux Etats-Unis dans les années 1980, en réaction aux théories dominantes du choix rationnel. Bien que multiples, ces approches, qui s’inscrivent dans une démarche constructiviste et qualitative, ont en commun de placer le discours, l’argumentation et plus généralement la question du « sens en action » au centre de leur analyse (Durnova et Zittoun 2013). Elles s’intéressent notamment à la subjectivité des acteurs, aux multiples interprétations que ces derniers déploient pour produire du sens, ainsi qu’au contexte dans lequel ils évoluent.

S’inspirant de la sociologie des problèmes publics, ces approches montrent que la politisation discursive des problèmes dépend non pas de la valeur intrinsèque ou objective de ces derniers, mais des significations qui leur sont attribuées par certains groupes sociaux en compétition. Les débats actuels autour de la formulation du problème des « migrations climatiques » sont à cet égard très révélateurs des luttes de pouvoir entre différentes coalitions d’acteurs cherchant à s’approprier, ou au contraire à rejeter, la responsabilité politique de ce problème public en construction (Baillat 2010).

Cette prise en compte du discours dans l’analyse des politiques publiques a finalement amorcé un « tournant argumentatif », notamment à la suite de la publication de l’ouvrage de Frank Fisher et John Forester en 1993, The Argumentative Turn in Policy Analysis and Planning. Ces derniers ont en effet mis en évidence le caractère construit, normatif et politique des connaissances produites par les acteurs, et l’importance de leur travail argumentatif pour infléchir les politiques publiques. Pour Fisher et Forester, cette approche argumentative est d’autant plus importante aujourd’hui que les problèmes politiques contemporains auxquels font face les gouvernements sont plus complexes et plus incertains.

Ce constat semble particulièrement s’appliquer aux questions environnementales, et notamment au changement climatique pour lequel la connaissance scientifique semble être devenue davantage une source d’incertitude, d’ambiguïté et de conflits que de neutralité. Plusieurs auteurs se sont alors intéressés à la formulation des politiques publiques environnementales, comme en témoigne le numéro spécial de la revue Journal of Environmental Policy and Planning (Feindt et Oels 2006). Sans dresser une liste complète de ces contributions, nous reviendrons sur les apports majeurs de ces auteurs à l’étude des discours environnementaux et de leurs effets sur l’action publique environnementale.