Vers une recomposition des pouvoirs : Internet et réseaux sociaux

Par Séverine ARSENE
Comment citer cet article
Séverine ARSENE, "Vers une recomposition des pouvoirs : Internet et réseaux sociaux", CERISCOPE Puissance, 2013, [en ligne], consulté le 25/04/2018, URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/puissance/content/part6/vers-une-recomposition-des-pouvoirs-internet-et-reseaux-sociaux

Si le développement d’Internet et des réseaux sociaux a permis l’émergence de nouvelles formes d’expression et d’action collective, il a aussi livré les internautes à des batailles pour la visibilité dans lesquelles ils sont inégalement armés, entre eux mais aussi face à de nombreux autres acteurs, institutions, Etats et organisations. Dans ce champ de bataille en formation, de nouvelles lignes de répartition des pouvoirs se dessinent autour des questions d’accès à Internet, de compétences, de moyens financiers mobilisables, mais aussi et surtout de capacités d’agir sur les infrastructures d’Internet.

Cette recomposition des pouvoirs comporte des enjeux essentiels pour les citoyens, notamment en termes de liberté d’expression, d’égalité d’accès à l’espace public en ligne, de pluralisme ou de préservation des données personnelles. Pour l’heure, ces principes font l’objet de conceptions variées et contradictoires à travers le monde. Leurs modalités d’application sont relativement arbitraires en fonction des contextes nationaux et des plates-formes concernées. Les citoyens ne disposent pas d’instances de recours responsables (accountable), susceptibles de fournir des arbitrages stables et prévisibles et disposant d’une légitimité démocratique à proprement parler. Dans le grand jeu géopolitique qui se joue aujourd’hui autour de cet espace de bataille, les modalités de définition et de garantie des libertés des citoyens sont encore à inventer.