L’Inde en quête de puissance… mais quelle puissance et à quelle fin ?

Par Christophe Jaffrelot
Comment citer cet article
Christophe Jaffrelot, "L’Inde en quête de puissance… mais quelle puissance et à quelle fin ?", CERISCOPE Puissance, 2013, [en ligne], consulté le 15/12/2017, URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/puissance/content/part4/l-inde-en-quete-de-puissance

Plan de l'article:


Note : ce texte est une version remaniée et actualisée par l'auteur d'un article paru dans Alternative Sud, 2011 (vol. 18, n°3) sous le titre : « L’Inde entre puissance et paralysie ».

L’Inde s’installe peu à peu dans son rôle de puissance émergente (Cohen 2001 ; Ganguly 2003 ; Nayar et Paul 2003). Cette notion – la puissance – est protéiforme, c’est connu ; mais l’Inde tend aujourd’hui à en vérifier tous les critères : stratégico-militaires, économiques, démographiques et même culturels et politiques. Car, pour reprendre les catégories de Joseph Nye, les attributs de sa puissance relèvent à la fois du « hard » et du « soft » (Nye 1992).

Mais si l’Inde aspire à jouer dans tous les compartiments du jeu, que veut-elle faire de cette puissance ? Quelle vision cette quête porte-t-elle ? Ces questions rencontrent généralement en Inde un silence assourdissant qui s’explique non seulement par un sens peu avouable de la realpolitik en rupture avec la moralpolitik des années Nehru, mais aussi par un réel dilemme entre l’attrait qu’éprouvent les élites pour les Etats-Unis et le désir d’être partie prenante d’une alternative souverainiste en partie héritée du non-alignement et qu’incarnent aujourd’hui les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). D’où la relative paralysie d’une diplomatie indienne qui se réfugie de plus en plus dans l’abstention, voire l’obstruction.