« Avoir la bombe » - Repenser la puissance dans un contexte de vulnérabilité nucléaire globale

Par Benoit PELOPIDAS
Comment citer cet article
Benoit PELOPIDAS, "« Avoir la bombe » - Repenser la puissance dans un contexte de vulnérabilité nucléaire globale", CERISCOPE Puissance, 2013, [en ligne], consulté le 22/11/2017, URL : http://ceriscope.sciences-po.fr/puissance/content/part1/avoir-la-bombe-repenser-la-puissance-dans-un-contexte-de-vulnerabilite-nucleaire-globale

Plan de l'article:



Cet article est dedié à la memoire de Bastien Irondelle


« La bombe », c’est « l’arme absolue ». Dès lors, il semble évident que sa possession octroie de la puissance. Explorons plus avant cette idée reçue trompeuse qui se présente comme une dialectique de l’être et de l’avoir : en acquérant un objet, un acteur serait donc supposé changer de nature ou presque. Quel est donc cet objet qui octroie la puissance ? De quelle puissance s’agit-il ? Cette affirmation est aussi étonnamment dépourvue de contexte : serait-ce là une vérité distinctive de l’âge nucléaire ? S’applique-t-elle seulement à des Etats?

Pour répondre à ces questions et explorer la relation entre la puissance et la possession de « la bombe », il faut dans un premier temps se pencher sur ce système d’armes qui a considérablement évolué au cours des soixante-dix dernières années afin d’identifier ce qui pourrait justifier sa réduction à l’appellation « la bombe ». Dès lors, nous pourrons établir ce que ce système d’armes peut conférer à qui en affirme la possession. Enfin, nous conclurons que l’existence de systèmes d’armes nucléaires, et plus encore thermonucléaires couplés à des missiles balistiques contre lesquels aucune défense crédible n’est envisageable, bouleverse la définition de la puissance. Ainsi, la possession de telles armes se double d’une affirmation de puissance qui pose un risque irréductible d’accident et d’escalade vers la guerre nucléaire. L’illusion du contrôle masque une réalité beaucoup plus fondamentale : les Etats n’ont pas la bombe ; depuis l’invention de cette combinaison, l’humanité est sous son ombre et joue aux dés. Pour que quelques pays se sentent puissants, des millions d’individus sont vulnérables. Repenser la puissance à l’âge nucléaire exige de faire face à cette vulnérabilité.